Référencement: contenu optimisé capital ?

On a tendance à travailler l’optimisation des pages de manière parfois abusive. Vous allez me dire que c’est pourtant là le travail du référenceur, ou du consultant SEO que d’optimiser les pages Web et notamment travailler les requêtes principales et secondaires.

Ce qui apparaît comme une réelle convention aujourd’hui, capitale, c’est de proposer des pages Web optimisées par rapport aux critères de pertinence des outils de recherche. On s’attachera toutefois d’abord à la qualité des contenus proposés en premier lieu parce que le plus important est de proposé le contenu répondant aux besoins des internautes ciblés. L’adéquation et donc la pertinence du message, un principe de communication fondamental donc, constitue la la première étape clef dans la réflexion qui entoure le référencement et la création d’un site Internet.

L’obsession du contenu optimisé pour le référencement Google

Penser moteur de recherche en créant vos pages est nécessaire. On s’aperçoit ici et là que des pages contiennent des balises et des titres optimisés sans contenu adéquat.

Et le contenu doit avoir avant tout de la qualité , notamment dans la gestion des médias et de l’optimisation des images, pour que vous permettiez à vos visiteurs d’avoir une action sur votre site. Mais cela ne suffit pas et vous devez songer à acquérir durablement le trafic. Pour ce faire, on doit beaucoup parier sur les backlinks en SEO et travailler ceux-ci avec un maximum de bon sens pour commencer.

Le backlink (ou lien retour en français), c’est cet hyperlien qui pointe vers une page Web ou un site et qui contribue à la réputation de cette page ou de ce site internet.

Concernant les backlinks, voir d’ailleurs le sujet sur le linkbaiting. Cet effort conjugué dans votre stratégie SEO va permettre d’améliorer votre visibilité. Une bonne part d’intuition est finalement à prendre en compte dans cette stratégie et permet de faire rester les visiteurs sur votre site.

Pour le cas des blogs surtout, on prendra bien en compte l’idée que la qualité du contenu déployé ne permet pas seule de garder l’internaute et que la lecture d’un article particulièrement long, quel que soit sa pertinence et sa qualité, conduit dans beaucoup de cas à une taux de rebond important (Plus de 80% n’est pas rare). Du backlink donc… et si vous utilisez WordPress, songez à l’usage de plugin du type related Post (Yet another related post est un bon choix notamment)

Le texte et la ligne éditoriale en SEO

Fondamentalement, Google s’attache au cœur des pages, éliminant finalement dans sa lecture Header, navigation et footer, des zones finalement répétées sur l’ensemble du site et n’étant pas un critère de pertinence de la page elle-même en apparence… si l’on excepte l’idée que les liens que vous proposez n’ont pas d’impact (sic).

Nous nous intéressons donc plutôt au contenu éditorial de la page. La taille du texte proposé doit être suffisamment longue, c’est vague me direz-vous. Un volume de texte élevé n’est pas un gage de qualité mais il est clair qu’un nombre important de mots pour le cas des blogs peut s’avérer d’une utilité capitale  (la tendance est actuellement plutôt entre 800 et 1000 mots). ceci n’est une qu’estimation et on convient aussi que des textes plus courts (200 à 300 mots) peuvent suffire selon les cas.

Tout dépend de la stratégie Web initiale en fin de compte.

Pendant de nombreuses années, les référenceurs se sont focalisés sur l’IDM (Indice de densité de mots). Le principe des occurrences de mots-clés a pris un peu de plomb dans l’aile depuis quelques années en partie parce que l’analyse qui est faite de la densité des mots-clés est très lourde.

La fourchette des 2 à 5% étant une estimation globalement admise, on s’armera avant tout de bon sens une nouvelle fois pour rédiger ses pages.

Si je prends l’exemple de mon article de 1000 mots, j’ai franchement intérêt à répéter le mot-clef plusieurs fois et « à ajouter du texte autour ». Si la page est plus chichement alimentée en texte, on prendra soin de placer un peu de mots autour du mot-clé. ‘outil Yoast SEO nous donne une estimation de la densité pour le cas de WordPress, et de nombreux sites proposent de vous donner des éléments de statistiques sur le sujet comme par exemple le site d’analyse de densité Alyze.

Privilégier également les formes différentes d’un mot (pluriels et féminins) et racines communes participe là aussi au fait d’optimiser ses pages. Pensez également aux accents !

On ajoutera qu’il faut du <strong >. Voilà qui est dit concernant ces quelques préconisations. Il faut les oublier ensuite pour se concentrer sur la qualité…

Solutions douteuses pour se positionner et contraire à l’esprit du Web sémantique

Bon, nous parlons de techniques qui se veulent particulièrement friendly Google, ce qui signifie que les techniques qui consistent entre autres à placer blanc sur blanc des mots (texte non visible) sont particulièrement inadaptées à la vision moderne du SEO. Étudiez les 10 conseils que je vous donne sur le référencement moderne !

C’était valable pour Altavista mais les sites institutionnels d’aujourd’hui n’en ont pas besoin, alors que l’on en trouve encore. Je modère tout de suite le propos en précisant que parfois, dans certains cas, ça marche. Mais clairement utiliser ce type de technique rentre pas dans une logique durable avec Google, tout comme celle qui consiste à placer des mots-clés dans du code HTML.

Trouver une cohérence dans le contenu de vos pages permet également un meilleur référencement des images.

N’oubliez pas que Google lit TOUTE la page. Si vous placez des meta Keywords à n’en plus finir avec des points virgules entre chaque mots, imaginez le compte-rendu de lecture que Google peut en faire !? Il s’agit ici d’un parti-pris, et je connais bon nombre d’usager des meta keywords encore, mais oublions-les, ou alors juste pour s’amuser car…

Le Web Sémantique a fait son apparition avec les nouveautés Google, et le mouvement s’est accéléré surtout depuis Google Talk. Conséquence de quoi, le bout de phrase prend le pas sur le mot isolé.

Maintenant, si je reviens un instant sur les meta keywords, c’est pour dire ici que les balises meta prennent de moins en moins d’importance aux yeux de Google qui va s’attacher aux contenus que vous proposez. Au fond, ce sont des zones cachées sur lesquelles il faut de moins en mois se concentrer (encore que la meta description est un sujet intéressant en référencement).

Constatons que les leviers de type « meta » pour infléchir Google sur ces sujets se limitent de plus en plus.

Attachons-nous à rendre les textes attractifs en qualité et concentrons-nous également sur les leviers de visibilité complémentaires avec les nouveaux standards qui structurent nos contenus comme le schema.org. Et oui, « content is King » ! Et cette réalité peut très bien s’inscrire dans une stratégie d’Inbound marketing par exemple.

[Total : 2    Moyenne : 5/5]
Votre consultant SEO
Xavier Deloffre, consultant et formateur en référencement naturel et payant.