Les leviers de trafic pour votre site Internet

Les leviers de trafic sont les moyens que l’on met en place pour que la fréquentation d’un site augmente. Trouver des solutions pour augmenter le trafic est important non seulement d’un point de vue commercial mais également d’un point de vue d’ego pour les webmasters.

On touche à l’orgueil ! (Si Si) On a toujours envie de voir de nombreux visiteurs sur son site, a fortiori lorsque celui-ci a une vocation commerciale.

Et bien sûr, on note que le cas des sites E-commerce n’est pas celui d’un blog ou des sites vitrines, qui se gèrent de manière différenciée chacun. C’est ce que nous voyons dans cet article. Comment ne pas commencer par parler de SEO ?

1. Le SEO

2. Le SEA et autres solutions payantes

3. Le display

4. Google shopping et les comparateurs de prix

5. Les Marketplace

6. L’affiliation

7. Les campagnes d’E-mailing

8. Les réseaux sociaux

9. Le off-line

Le référencement naturel, levier de trafic par excellence

Pour paraphraser Wikipédia, le référencement naturel ou SEO est l’ensemble des techniques qui permettent de positionner un site Internet, une page ou un ensemble de pages Web. Promouvoir son site sur les moteurs de recherche est assez simple mais…

Ce qui l’est moins, c’est de de bien structurer le contenu, de prêter une attention particulière au maillage interne et au « cocon sémantique »,  d’observer avec attention le netlinking onpage et offpage, de manière à trouver un positionnement adéquat et, espérons-le , du trafic. Voyons quelques-uns des points précités :

Structurer le contenu d’un site

SqueletteVoilà un point sur lequel on peut passer des heures, des jours, des mois ! Entendons-nous bien, structurer le contenu d’un site est un point crucial pour la durée de vie du site. Autant certains points peuvent être corrigés plus ou moins aisément, autant le contenu d’un site est une chose que l’on ne souhaite pas réorganiser tous les quatre matins.

C’est crucial non seulement pour le référencement et le référenceur, la facilitation du crawl des pages par Google Bot, mais également pour l’utilisateur (les gens!). Vous n’êtes pas convaincu(e) ? Rappelez-vous que si les gens n’apprécient pas, vous ne pourrez que difficilement vendre. Google peut s’en apercevoir également et vous tourner le dos.

L’utilisateur, c’est lui que vous devez cerner. Votre site vise quel type de personnes ? Des Particuliers, des professionnels ? De quel âge ? De quel sexe ? A quel type de comportement devez-vous vous attendre ?

Vous avez ainsi la possibilité et même le devoir de bien préciser quels seront les utilisateurs possibles de votre site. En matière de logiciel, on parle souvent de personas. Ce sont des utilisateurs fictifs qui vont permettre de modéliser des comportements. Intéressant pour votre site, non ?

Vous comprenez que ces éléments sont déterminants pour affiner la manière dont vous aller diriger les usagers vers les pages que vous souhaitez ; celles certainement qui les amènent à un panier, un numéro de téléphone ou un formulaire de contact. C’est la notion de cible-clientèle vers laquelle vous devez porter toute votre attention (la première en fait), comme dans tous les cas de ventes physiques. C’est un des éléments fondamentaux du marketing. C’est évident mais cela se prépare et se calcule en amont.Mind map flat exemple

Comment faire pour que mes landing pages (pages d’atterrissage) soient suffisamment attractives pour déclencher un achat ? Eh bien la structuration du contenu du site est un des éléments qui va permettre cela. Penser aux besoins de l’internaute avant même de réfléchir au format de cette landing page est un réel plus.

Il y a donc un lien direct entre la structure d’un site et son trafic. Songez à la réalisation d’un mind map efficace, basé sur les intérêts de vos visiteurs. Pensez thématique avant offre produit.

Un conseil : Regardez toujours la structure des concurrents. Comment font-ils ? Plus particulièrement, que font ceux qui se trouvent en premier dans les SERP ? Est-il possible de faire différemment ?

Proposer un contenu attractif

Proximité sémantiqueEn lien direct avec la structure du site précédemment cité, un contenu attractif et de qualité doit être proposé. Qu’est-ce que cela veut dire ? Proposez du contenu qui suscite l’intérêt de vos internautes et dites-vous bien que c’est bien pour celui-ci que votre internaute vient vous voir.

Notez que sur la landing page évoquée plus haut, les études de Google montrent qu’un message doit être compris en moins de 10 secondes. Une bonne raison déjà pour avoir un affichage rapide, un message clair et attractif, (au passage, un call-to-action bien placé!)

Garder à l’esprit que « Content is King » ne veut pas dire pénible. Permettez à vos visiteurs de visiter d’autres ressources tout aussi intéressantes et en parfaite logique avec le contenu que vous lui proposez en premier. La proximité sémantique est la clef.

Ce qui nous amène à l’usage d’un et plus blog(s) pour pousser ce trafic. Dans la même veine, l’affiliation vue plus bas peut permettre de bénéficier des contenus éditoriaux similaires aux vôtres.

Le trafic page par page doit ainsi augmenter.

Les fameux backlinks lèvent du trafic

Alors oui, les liens entrants sur votre site sont primordiaux pour votre référencement, et de la même manière ils génèrent du trafic. Inutile de faire un dessin, en matière de trafic, plus vous avez de liens entrants plus vous avez de chances d’avoir du trafic.

Cela dit, on sait également que c’est une arme parfois à double tranchant. Un petit animal de banquise pouvant traîner dans le coin… on aura soin de vérifier un tas de paramètres sur la nature de ces liens, vrais ou factices, d’où ils viennent. Un bon outil sur le sujet mais qui coûte un peu, c’est Majestic SEO.

Volumes de backlinks du site de la maison Blanche

Trust flow domaines Maison Blanche

On regarde également le Page Rank, les questions de popularité ou la nature d’un site tiers (trust), la cohérence sémantique,…oui ok j’arrête avec ça 😉

On arrête d’ailleurs là pour le SEO, il y a tellement à dire. Juste pour conclure sur le sujet, voici les volumes de backlinks externes du site de la maison Blanche, on notera l’impressionnant volume de Trust flow ci-contre.

Google Adwords (appelé également référencement payant, liens sponsorisés, achat de mots clés, SEA)

Hum, sujet sensible. Adwords est l’occasion pour de nombreux référenceurs d’assurer un minimum de visibilité à des sites dont la faiblesse est parfois béante sur le plan du référencement naturel. On notera qu’il peut être important pour de belles structures de générer du trafic supplémentaire sur Bing et Yahoo.

Bing Ads est un sujet possible et parfois même recommandable (si si, et c’est encore plus vrai hors du territoire français très très pro-Google). Citons dans le payant également les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook. Nous évoquons le sujet de ces deux derniers un peu plus loin.

Le search payant ou SEA

Dans une vraie logique de Search Engine Marketing, le SEA est quelque chose d’utile pour de multiples raisons évoquées ici. Il permet une levée de trafic et on sait également que contrairement à ce qu’à pu évoquer Matt Cutts, le trafic issu des liens sponsorisés a un impact sur le référencement.

Bénéficier de cette ressource puis l’abandonner peut impacter le référencement naturel d’un site. Cela dit, si ce levier de trafic est réel, il est immanquablement lié à des campagnes sur le search qui peuvent apparaître pour de nombreuses entreprises comme très couteuses.

Un outil de Google Adwords permet de voir les possibles retombées de trafic d’une telle campagne à partir d’un groupe d’annonces ou de mots-clés, ils s’agit du planificateur de mots-clés avec lequel vous avez la possibilité de déterminer un budget :

Outil de planification de mots clés Adwords
Adwords est un outil très complet et conçu pour des experts métiers. Il permet bien sûr de s’occuper du search mais il va beaucoup plus loin comme nous le voyons ci-dessous avec les usages du Display et d’autres ressources aujourd’hui très prisées :

La publicité en ligne (Display)

Autre sujet géré par Google Adwords, le display. C’est une technique qui permet d’aller placer une bannière sur un site tiers faisant partie du réseau Display de Google. C’est un peu différent de l’affiliation vue plus bas car il s’agit d’utiliser les partenariats Google. Et effectivement, cela génère du trafic :

le réseau display pour lever du traficComme dans le cas du Search Engine Advertising (SEA) qui va se placer sur les SERP (Pages de résultats de Google), il est possible de créer de la segmentation, de choisir des emplacements, des critères géographiques, des centres d’intérêts et il est également possible de proposer du retargeting

 Quelques leviers supplémentaires associés

Le retargeting, c’est cette technique qui consiste à proposer la même paire de chaussure à celui qui a abandonné votre panier un peu plus tôt, mais cette fois ci sur un autre site qu’il visite. Très utile pour les « abandonnistes de paniers ». Sans aller dans plus de précisions, le retargeting constitue aussi à sa manière une solution pour lever du trafic.

De la même manière, je fais l’impasse sur la vidéo et YouTube sur lequel vous pouvez préciser sur un tuto par exemple vos propres produits de bricolages. Le coût est variable et correspond à un CPV (Coût par vue) ; cela représente à mon sens un intérêt plutôt du point de vue de la notoriété que du point de vue du trafic, bien que ce soit encore un levier potentiel.

Restons dans les produits Google puisque traditionnellement, on aura envie de choisir pour son site E-commerce des comparateurs de prix. Google s’y est mis, cassant de ce fait un peu la concurrence, c’est le moins que l’on puisse dire :

Google Shopping, levier de trafic pour cause de visibilité

Google Shopping, ça se trouve là et c’est remarquablement efficace lorsqu’il s’agit de promouvoir des produits high tech à bas prix par exemple, mais les cas d’intérêts sont nombreux d’autant que Google nous prépare une réelle boutique en ligne :

Google Shopping sur Iphone 6Intérêts manifestes de la manœuvre: Intéresser immédiatement les internautes du search (de véritables prospects contrairement à d’autres outils sur lesquels les résultats sont plus mitigés). Mettre en avant votre site même s’ils ne vous connaissent pas. Générer un trafic qualifié puisque comme précisé juste avant, il s’agit de prospects assez chauds.

Là encore, vous avez la possibilité de restreindre les zones desservies. Notez quand même que vous avez intérêt à proposer des produits aux prix attractifs pour ne pas subir la comparaison.

D’autres sites et plateformes existent que Google Shopping mais leur modèle semble actuellement assez remis en cause par le leadership du moteur de recherche.

Les marketplace, un tournant approche…

Qui n’a jamais rien acheté sur Amazon ? Si Google semble aujourd’hui vouloir concurrencer l’un de ses plus gros clients, vous avez la possibilité en tant que vendeur de proposer vos produits sur cette plateforme :

Les sites tiers sur Amazon

C’est évidemment une solution pour obtenir du trafic (c’est du lien) mais beaucoup de E-commerçants reviennent de ce type de solution, déjà pour des questions de marge. Le géant américain favorise de plus ses produits.

Côté tarification, c’est variable en fonction de la marketplace que vous utilisez mais vous serez facturés via commissions sur ventes et frais variés dans la plupart des cas. On peut raisonnablement songer à utiliser ce type de solution pour démarrer une activité de E-commerçant.

L’affiliation, un bon classique

Promotion par un affiliéVous souhaitez du lien pour votre site de vente ? L’affiliation est faite pour vous. Il existe de nombreux blogs qui proposent ce genre d’activité pour monétiser leur ligne éditoriale. C’est une solution vraiment intéressante pour lever du trafic.

Le tout est de fonctionner sur un véritable partenariat ente le E-commerçant et le site avec une ligne éditoriale proche de celui du site de vente. Le coût va varier en fonction de plusieurs paramètres :

Le CPC (La rémunération par clic) sera pratiqué généralement pour un clic sur une bannière ou un lien texte.

En tant que E-commerçant, de la même manière que pour le Display, vérifiez bien que la bannière est visible.

Mais on parle également de CPA (La rémunération par action) qui correspond ici à une commission par achat.

Le CPM (coût par mille) peut se pratiquer aussi en fonction du nombre de fois où une bannière est diffusée. Certains affiliés se voient proposés également un coût par chargement de page si la page concernée permet de proposer plusieurs annonces.

Enfin, dernier cas, la rémunération par formulaire ou CPL si par exemple un internaute s’inscrit à un formulaire. Vous pourrez ensuite utiliser ces informations pour créer un E-mailing ! Tournez-vous vers les plateformes d’affiliation existantes et si possible traitez en direct avec les meilleurs !

Par principe et là encore, la nécessité de vérifier le ROI s’impose. Les coûts peuvent facilement grimper en fonction de la nature de la relation affilieur/affilié.

L’ E-mailing, un outil qui a toujours de l’avenir devant lui

Eneloppe e-mailingCeci est une technique de marketing direct. On aura donc soin de bien cibler  son E-mail aux bonnes personnes. On prend soin d’utiliser une base client/prospect pour les inviter à retourner sur le site. Le principe est simple et efficace s’il est bien réalisé et génère un bon pourcentage de trafic sur votre site.

On aura soin de vérifier plusieurs indicateurs comme le taux de délivabilité (votre base de données est-elle fiable ?), le taux d’ouverture, le taux de clic (oui, voilà notre trafic), le taux de désabonnement (êtes-vous bien pertinent?) et bien sûr des éléments liés à la rentabilité plus précisément comme le taux de conversion.

Webmarketing-com.com a développé un dossier très complet sur le sujet.

Plusieurs solutions (beaucoup en fait) existent pour délivrer des campagnes efficaces et à l’heure du Web 2.0, des solutions comme Mailchimp ou MailJet connaissent une belle montée en puissance. Vous pouvez toujours vous tourner vers des solutions comme Sarbacane également.

La gestion de communautés sur les réseaux sociaux

Voici un levier de trafic extrêmement efficace qui se construit autour d’un métier qui ne trouve pas le moyen de se stabiliser en raison de ses fortes évolutions : le Community management.

Réseau socialPour un référenceur, il est obsolète de dénigrer les réseaux sociaux. Ceux -ci ont un intérêt manifeste dans la mise en valeur de contenus et s’inscrivent également dans toutes les techniques de marketing viral. Les réseaux sociaux sont bien plus qu’un simple levier de trafic ; ils sont un excellent moyen de délivrer une information et de trouver des leads.

Impossible d’énumérer toutes les ressources de ces outils. Qui peut prétendre se passer de Facebook pour travailler sa notoriété ? Qui peut prétendre se passer de Twitter pour trouver de la viralité ? Peut-on raisonnablement se désintéresser de Google+ ? La réponse est non.

On prendra soin pour se faire de réfléchir à une stratégie de curation. Du contenu de qualité que l’on va chercher sur le Web et qui correspond à la thématique qui nous intéresse va être ainsi proposé aux internautes. Songez à l’exploitation d’outils comme Scoop it! ou Pinterest.

Pour plus d’informations sur la curation, je vous invite à lire le blog du « Vieux débutant ».

Et enfin… le off-line

Oui, c’est encore possible d’aller chercher du trafic par le biais de médias supports papiers, de cartes de visites, de publicités audio et audio-visuelles. C’est ici le moyen de faire entrer par la petite porte le marketing traditionnel dans le digital.

Pour conclure, les leviers de trafics sont nombreux et la liste ci-dessus n’est pas exhaustive. Elle vous présente toutefois les outils les plus courants que vous pouvez adopter dans votre stratégie Web.

[Total : 2    Moyenne : 5/5]
Votre consultant SEO
Xavier Deloffre, consultant et formateur en référencement naturel et payant.